Mesur(ette)s pour Kyoto

Namur, le 20 mars 2004

Communiqué de presse

Conseil des Ministres de Raversijde

Mesur(ett)es pour Kyoto :

la quantité à défaut de qualité

Les o­nG environnementales sont déçues. Beaucoup de mesur(ett)es ne veut pas nécessairement dire beaucoup de résultats. Pour IEW, atteindre l’objectif de Kyoto nécessite beaucoup plus d’ambition. Et des actions prioritaires telles qu’une maîtrise de la consommation énergétique.

Ce Conseil des Ministres se prétendait initialement dédié au Développement durable. Puis au Social. Le chapitre Kyoto ne sert ni l’un ni l’autre. En effet, après l’accord entre le gouvernement fédéral et les Régions intervenu la semaine passée, la fédération des associations de protection de l’environnement attendait un plan d’action ambitieux pour rattraper le retard en terme de lutte contre les changements climatiques. Les mesures consensuelles (améliorations du parc automobile, déductions fiscales…) annoncées ce WE semblent largement insuffisantes. Elles pêchent par un goût de déjà vu, manquent d’ampleur ou ne seront mises en ½uvre qu’après cette législature…

Avant tout, ce sont des mesures pour maîtriser la consommation qui font défaut :

Le glissement de la fiscalité, du travail vers la consommation d’énergie, n’est toujours pas à l’ordre du jour de ce gouvernement. Même si les études en démontrent l’efficacité économique, environnementale et surtout en termes d’emplois…

De même, la problématique des voitures de société (la moitié des immatriculations en Belgique) n’est toujours pas à l’agenda. Même si cet avantage fiscal néfaste sur le plan environnemental est aussi aux dépens du budget pour la sécurité sociale…

Pour Denis Van Eeckhout, secrétaire général d’Inter-Environnement Wallonie : « Ce gouvernement s’était engagé à mener une politique de développement durable. Comme nous l’avions craint, les accents sont essentiellement socio-économiques. L’environnement reste le parent pauvre de ce gouvernement ».

A l’entame du Conseil des Ministres, les o­nG environnementales o­nt remis un « Appel urgent de la société civile belge aux membres du Gouvernement », en particulier au Premier Ministre. Cette lettre est accessible sur le site

http://www.greenpeace.org/belgium_fr/news/details?item_id=437607

Renseignements :

Stephan Vis ; 0479/497656 ou 081255280

Denis Van Eeckhout, Secrétaire général d’IEW ; 0476/544913

Inter-Environnement Wallonie

Boulevard du Nord, 6 – 5000 NAMUR

Tél: 081.25.52.80

Email: iew@iewonline.be

Site : http://www.iewonline.be

Alain Geerts

Communication & Mobilité

Fermer le menu